Debauchage tous azimuts : Macky Sall en mode conquérant

  • Source: : EnquetePlus | Le 15 mars, 2018 à 23:03:47 | Lu 3204 fois | 9 Commentaires
content_image

Debauchage tous azimuts : Macky Sall en mode conquérant

Si les Souleymane Ndéné Ndiaye, Bécaye Diop, Mamadou Lamine Keïta, Abdou Khafor Touré, Sada Ndiaye ont déjà cédé au chant des sirènes du patron de l’Alliance pour la République, d’autres caciques libéraux et de l’opposition sénégalaise sont aujourd’hui dans le viseur de Macky Sall. Il s’agit, entre autres, d’Abdoulaye Baldé, de Modou Diagne Fada, d’Aïda Mbodj, de Moustapha Guirassy et d’Aïssata Tall Sall qui sont dans l’antichambre de l’Apr.

Candidat à sa propre succession à la prochaine élection présidentielle du 24 février 2019, l’actuel chef de l’Etat est de plus en plus dans une logique de décimer l’opposition ou plutôt de renforcer les rangs de la mouvance présidentielle par des responsables politiques disposant d’une bonne assise populaire. Voulant se donner les garanties d’une réélection, Macky Sall multiplie les assauts contre les partis d’opposition, notamment le Parti démocratique sénégalais et les formations issues de ses flancs.

Ainsi, parallèlement à la fameuse traque des biens mal acquis suspendue sur la tête de certains caciques libéraux comme une épée de Damoclès, le président Macky Sall développe une stratégie de débauchage tous azimuts.

D’abord, l’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, par ailleurs président de l’Union nationale pour le peuple (Unp/Bokk Jëmu), ensuite Bécaye Diop, puis Abdou Khafor Touré, Abdoulaye Sow, Me Aliou Sow, Mamadou Lamine Keïta et récemment l’ex-chargé des élections du Pds, Sada Ndiaye – (la liste est loin d’être exaustive) - le patron de l’Alliance pour la République poursuit son opération de charme envers ses anciens camarades de parti.

Il a, aujourd’hui, dans sa ligne de mire, d’autres cibles et non des moindres. Il s’agit de leaders qui ont déserté les rangs du Pds et tracé leur propre chemin et qui, jusqu’à présent, résistent aux sirènes de l’Apr.

Abdoulaye Baldé, plus proche du ‘’Macky’’  

Dans ce lot, figure, en effet, le président de l’Union des centristes sénégalais (Ucs), Abdoulaye Baldé. Le maire de Ziguinchor est, en effet, dans le Sud, le principal adversaire à faire rallier à la mouvance présidentielle pour espérer gagner toute la région. Il accepterait de venir appuyer le camp présidentiel que la Casamance basculera automatiquement. C’est ce qui explique tout l’égard que lui accordent les responsables locaux de l’Alliance pour la République dont le directeur général du Fongip, Doudou Ka, le ministre conseiller Benoit Sambou et le ministre de l’Economie solidaire et de la Microfinance Angélique Manga. Cette dernière ne rate, d’ailleurs, aucune occasion pour inviter l’ancien ministre des Mines sous Abdoulaye Wade à rejoindre les rangs de la mouvance présidentielle. Pas plus tard que ce week-end, elle a profité d’un meeting organisé à Ziguinchor pour réitérer son appel.

‘’Pour l’intérêt de la Casamance, de ses filles et de ses fils, je voudrais solennellement vous tendre la main. Considérez, à travers ma modeste personne, Monsieur Baldé, cette main que je vous tends n’est que le prolongement de celle du président de la République pour que nous transcendions tous les clivages politiques pour l’intérêt du développement de la Casamance’’ a-t-elle déclaré devant un parterre de militants de l’Alliance pour la République et de responsables de l’Union des centristes sénégalais (Ucs) invités à la rencontre. Face cette invite, la réponse du maire de Ziguinchor a été très ambiguë. ‘’Ziguinchor est notre parti politique. Notre préoccupation doit être le développement et l’émergence de notre ville et de notre région. Si je ne soutiens pas ma sœur Angélique, qui vais-je soutenir ? Nous sommes tous les deux de Ziguinchor. Ton parti, c’est le développement. Je t’invite à poursuivre le combat pour le développement de la Casamance’’, a-t-il répondu.

Modou Diagne Fada, le ‘’khalife’’ de Darou Mousty

Même s’il a perdu du terrain au niveau départemental, à l’issue des élections législatives du 30 juillet 2017, Modou Diagne Fada reste toujours le maitre incontesté de l’arrondissement de Darou Mousty. Une quelconque alliance avec la mouvance présidentielle ne ferait qu’accroitre les chances de l’actuel président de la République de ratisser large dans le département de Kébémer qui résiste toujours au régime. Situer à quelques kilomètres seulement de la ville sainte de Touba, Darou Mousty pourrait être une porte d’entrée pour le chef de l’Etat sénégalais de conquérir la capitale du mouridisme restée jusqu’ici fidèle à l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade.

Ainsi, c’est pour maximiser ses chances de passer, dès le premier tour, que le président de la République tente de mettre dans son escarcelle le président du parti Les démocrates réformateurs (Ldr/Yessal).

Venu présenter ses condoléances, dimanche dernier, suite au rappel à Dieu de son père, le mois de février dernier, Macky Sall a, en effet, publiquement invité Modou Diagne Fada à rejoindre la mouvance présidentielle. Cette alliance est d’autant plus possible pour le président de la République que lui et son ancien camarade de parti sont tous les deux victimes du même sort. ‘’Nous avons vécu la même situation dans les rangs du Parti démocratique sénégalais. Nous avons tous les deux été exclus de cette formation politique. Ce qui est une raison de plus pour que vous veniez travailler avec moi dans la mouvance présidentielle pour l’intérêt supérieur des populations sénégalaises’’, a dit le président de la République à Modou Diagne Fada. Le leader de Ldr/Yessal, qui a suspendu sa réponse à la décision des instances de son parti, s’est montré sensible à cet appel. ‘’Je me réjouis, Monsieur le Président de la République, que vous m’ayez lancé cet appel publiquement. Mais comme vous le savez, je dois d’abord discuter avec les instances de mon parti avant de prendre toute décision’’, a rétorqué le président du Conseil départemental de Kébémer. 

Moustapha Guirassy, la revanche de 2017

Défait à la mairie de Kédougou, à l’issue des élections locales de 2014, par son rival et ancien camarade de parti Mamadou Hadji Cissé, tête de liste départemental du Parti démocratique sénégalais, Moustapha Mamba Guirassy a pris sa revanche sur son challenger en 2017, lors du scrutin législatif du 30 juillet. Elu député devant ses adversaires du Pds et de la mouvance présidentielle regroupée dans la coalition Benno Bokk Yaakaar, il est sorti ragaillardi de ces élections et a montré qu’il faut toujours compter avec lui dans le département. C’est ce qui explique d’ailleurs la démarche du président de la République. Macky Sall, après avoir débauché l’actuel maire Mamadou Hadji Cissé, démarche le député Moustapha Guirassy pour renforcer davantage les rangs de son parti, dans cette partie du Sénégal orientale qui résiste encore.

Bamba Fall, la nouvelle ‘’recrue’’

Si l’opinion publique sénégalaise continue encore d’épiloguer sur sa supposée transhumance, c’est parce que le maire de la Médina est peu clair dans sa posture actuelle. Le discours plus ou moins ambigu tenu devant le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, venu lui présenter les condoléances du président de la République, suite au décès de son oncle, amènent certains observateurs de la scène politique à suspecter une transhumance en douce vers les prairies beige-marron. ‘’Quand le Sénégal aura besoin de moi, je ne me soucierai pas du parti auquel j’appartiens ou d’une quelconque personne. Certains disent que je m’apprête à transhumer. Je leur réponds que je suis socialiste à vie.

Mais je sais être reconnaissant. J’ai perdu un être cher, il y a des gens qui sont du même parti que moi qui ne sont même pas venus me témoigner leur compassion. Ce que le président Macky Sall a fait est un geste éloquent qui me touche. Je suis responsable de mes actes, je n’ai pas de guide en politique. Je suis un électron libre’’, ainsi s’est-il exprimé devant le chef du gouvernement, provoquant, du coup, une polémique qui l’oblige à monter, quelques jours après, au créneau, pour réitérer ses gages de fidélité à Khalifa Sall.

Toutefois, malgré ses dénégations, Bamba Fall parait de plus en plus proche de la mouvance présidentielle que des pro-Khalifa Sall qui sont en train de faire des pieds et des mains pour exiger la libération de leur leader. Pendant des semaines, il a déserté la bataille pour la libération de son camarade de parti, après sa fameuse déclaration de soutien à Idrissa Seck, au cas où Khalifa Sall serait condamné à une peine d’emprisonnement qui l’empêcherait de se présenter à l’élection présidentielle de février 2019.

Il est ainsi resté pendant longtemps en froid avec le reste de ses camarades qui lui ont reproché sa démarche solitaire, jusqu’à sa dernière apparition en public, lors de la célébration des 1 an de Khalifa Sall passé en prison.

Aïssata Tall Sall, la reine du Nord

Lors des élections locales de 2014, Aïssata Tall Sall a devancé son principal challenger dans la commune de Podor, Racine Sy, d’une courte tête. Sa coalition Benno ak Aïssata a obtenu 2 106 voix contre 2 100 pour And Liggueyel Podor dirigé par Racine Sy, soit une différence de 6 voix sur l’ensemble des 18 bureaux de vote que compte la commune. Aux dernières élections législatives de 2017, elle a obtenu son ticket d’entrée à l’Assemblée nationale par le truchement du plus fort reste. S’il en est ainsi, c’est parce que la mairesse de Podor a été lâchée par ses camarades socialistes, au moment où elle en avait le plus besoin. Et son exclusion définitive récemment prononcée par le Bureau politique du Parti socialiste n’est pas de nature à arranger les choses, étant fortement concurrencée dans sa localité.

Mais Aïssata Tall Sall a montré qu’elle est dure à cuire et parvient, malgré tous les obstacles, à se faire une place honorable sous le chaud soleil politique sénégalais. De ce fait, elle reste toujours la maîtresse du jeu politique dans son fief, à Podor. Ce qui fait d’elle une cible du président de la République qui cherche à élargir les bases de sa coalition et à s’appuyer sur des personnalités politiques représentatives dans leur fief, pour, encore une fois, s’assurer d’un second mandat, dès le premier tour.

Aïda Mbodj, la lionne du Baol

Bien qu’affaiblie au niveau départemental, l’ancien ministre de la Femme sous le régime d’Abdoulaye Wade continue toujours de peser sur la balance, dans son fief. Elle est d’autant plus influente à Bambey qu’elle a réussi jusque-là à bloquer le vote du budget de la commune dirigée par l’un de ses lieutenants, Gana Mbaye, qui a récemment tourné casaque pour rejoindre le camp présidentiel.

‘’Je reconnais avoir bloqué le fonctionnement et le vote du budget de la mairie de Bambey. Tout le monde est derrière moi à Bambey’’, a-t-elle récemment déclaré sur les ondes de la Rfm, lorsqu’elle a été interpellée sur la question.

Pourtant, les tenants du pouvoir ont tout tenté pour l’éliminer politiquement. A défaut de l’avoir vaincue dans les urnes, lors des élections locales de 2014 où elle est sortie victorieuse au niveau communal et départemental, ils l’ont tout simplement débarquée du Conseil départemental de Bambey pour cumul de mandats électifs. Malgré la bataille judiciaire enclenchée, suite à ce qu’elle a toujours considéré comme une forfaiture et une manière lâche de combattre un adversaire politique, Aïda Mbodj n’est pas jusqu’ici rétablie dans ses droits.

Malgré cela, à l’instar des autres responsables libéraux, il existe des passerelles entre le président Macky Sall et la lionne du Baol qui peuvent permettre aux deux parties de se retrouver.


Auteur: Assane MBAYE - EnquetePlus






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (26)


DalÈnni En Mars, 2018 (00:03 AM) 0 FansN°: 1
GORÈ BA?È
DalÈnni En Mars, 2018 (00:03 AM) 0 FansN°: 2
GORÈ BA?È
DalÈnni En Mars, 2018 (00:03 AM) 0 FansN°: 3
GORÈ BA?È
Anonyme En Mars, 2018 (00:15 AM) 0 FansN°: 4
il flippe un peu pour 2019
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 5
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 6
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 7
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 8
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 9
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 10
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 11
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 12
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 13
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 14
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 15
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 16
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 17
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 18
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 19
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 20
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Desole En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 21
Peureux va. Boulene tong tongue lou dess Sénégal. Idy la solution
Anonyme En Mars, 2018 (01:13 AM) 0 FansN°: 22
Les nobles resteront des nobles! Il n' y a pas pire pour un noble que d' etre achete par un esclave!
Anonymeq En Mars, 2018 (05:41 AM) 0 FansN°: 23
c ça qui Famitsu il aura pas un second mandat il es pire que wade il sait pourquoi il veux pas donner les cartes d électeurs
Anonyme En Mars, 2018 (07:49 AM) 0 FansN°: 24
Il faut avoir pitié des Ps rénovation.Barth va s'arracher les cheveux
Anonyme En Mars, 2018 (22:19 PM) 0 FansN°: 25
Continuez les combines et les calculs rék vous allez voir que le peuple ne vous appartient pas.l'alliance qui vous garantit une victoire c'est l'alliance avec le peuple et pour ça il faut juste travailler et rester engager et honnete.
Anonyme En Mars, 2018 (00:22 AM) 0 FansN°: 26
Président mal aimé

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com