Ismaëla Bocar Deh, une vie à la sauvette

  • Source: : Liberation.fr | Le 10 mai, 2018 à 22:05:26 | Lu 9518 fois | 37 Commentaires
content_image

Chez la famille Deh, mercredi 9 mai- Photos Martin Colombet. Hans Lucas


Le Sénégalais de 58 ans, sans papiers, est mort le 30 avril percuté par un fourgon de police alors qu’il tentait de fuir un contrôle d’identité. En France depuis 2001, il avait écumé les petits boulots, la peur au ventre, avant de tenter de survivre en vendant des souvenirs sous le manteau.

Ismaëla Bocar Deh n’a jamais avoué qu’il frémissait à chaque fois qu’il sortait dans la rue. Par pudeur peut-être, «par fierté, sans doute», résume Alassane, son frère aîné. «Il était le chef du clan, l’homme fort qui devait nourrir sa famille. Il ne montrait que rarement ses angoisses, mais nous pouvions les sentir.» Installé en France depuis 2001, ce Sénégalais âgé de 58 ans, marié, père de huit enfants restés au pays, rasait les murs lorsqu’il partait travailler. Autour de lui, ce n’était que peur et crainte : Ismaëla était sans papiers. Renversé par un fourgon de police alors qu’il tentait d’échapper à un contrôle d’identité, il est mort lundi 30 avril.

Il y a environ trois mois, l’homme avait rejoint une équipe de vendeurs à la sauvette postée devant les grilles du château de Versailles. Il monnayait parfois des parapluies, marchandait souvent des petites tours Eiffel avec les touristes de passage. Dimanche 29 avril, une patrouille de police a fait irruption pour un contrôle des papiers et des marchandises. Comme d’habitude, tous les vendeurs ont pris la fuite. Ce jour-là, c’est Ismaëla qui a été poursuivi par un fourgon et deux fonctionnaires à pied. Sa course a pris fin 100 mètres plus loin, rue Carnot, quand il a été percuté par le véhicule. Amené aux urgences de l’hôpital Pompidou, à Paris, avec une hémorragie cérébrale, un arrachement de l’oreille gauche et de multiples fractures vertébrales, le vendeur à la sauvette a succombé à ses blessures le lendemain. L’Inspection générale de la police nationale a ouvert une enquête pour homicide involontaire.

Demandes d’asile rejetées

«La France, c’était son rêve, mais elle s’est montrée cruelle envers lui, juge sa petite sœur, Aïssata. Ce n’était ni un voyou ni un délinquant, mais un honnête homme qui travaillait d’arrache-pied et gagnait une misère. Comment la France a-t-elle pu être si injuste ?» Tous les membres de la famille Deh résidant en France ont obtenu la nationalité française, sauf Ismaëla. Ses frères et sœurs, arrivés dans les années 80, ont été naturalisés. Ses neveux et nièces sont nés à Mantes-la-Jolie. Le quinquagénaire, lui, a vu ses demandes d’asile rejetées les unes après les autres par la préfecture de Versailles. En 2011 et en 2014, lorsque son père puis sa mère meurent au Sénégal, il est le seul à ne pouvoir rentrer pour les obsèques. «Mon frère, poursuit Aïssata, s’est sacrifié pour un pays qu’il voulait intégrer et qu’il aimait obstinément, mais la France n’a pas su l’aimer en retour. Elle a même fini par le tuer.» Le corps du Sénégalais sera rapatrié ce dimanche auprès de ses enfants et de sa terre natale après dix-huit ans de survie en clandestinité.

Entre 2001 et 2017, Ismaëla fait les saisons touristiques à Cannes. Chaque pièce gagnée est envoyée au Sénégal pour ses six filles et ses deux garçons. Il bosse à la plonge, la trouille au ventre. Change de patron tous les étés pour plus de sécurité. Loge successivement chez des amis d’un soir pour ne pas se faire repérer. Et retourne en région parisienne retrouver les siens à chaque saison creuse. Tout le monde l’aide comme il peut. Les aînés lui offrent le logis. Les jeunes lui glissent régulièrement un petit billet durant les repas de famille. «Sur l’échiquier familial, Ismaëla était notre roi, souffle Dady, son neveu, chauffeur poids-lourd de 36 ans. Il était certainement le plus malheureux d’entre nous, le plus fauché, le plus à plaindre, et pourtant il était notre roc, notre pilier qui gardait la foi. Toujours droit et soucieux des problèmes des autres. Aujourd’hui, je me demande si nous n’aurions pas pu l’épauler encore davantage. Je me demande aussi si la France est vraiment notre pays.»

Le travailleur sans papiers revient définitivement à Mantes-la-Jolie durant l’hiver 2017. Arrêté à Cannes quelques mois plus tôt, relâché mais obligé de quitter le territoire français dans un délai de trente jours, Ismaëla trouve refuge chez sa sœur Aïssata, employée de mairie. «Il a mis quelques semaines avant de remettre les pieds dehors, se souvient-elle. Il a longtemps évité les gares et les transports en commun. Avant de se rendre quelque part, il vérifiait toujours qu’aucun événement n’était prévu dans la journée pour éviter à tout prix la présence des policiers. Ce n’était plus une vie.» En février, Ismaëla devient vendeur à la sauvette au château de Versailles. Sa famille l’ignore. Elle ne l’apprendra que le dimanche 29 avril, la veille de son décès. «Il ne nous a rien dit car il savait très bien que nous allions le persuader de laisser tomber ce travail, se désole son frère Alassane. Comment lui en vouloir ? C’était un forcené qui voulait gagner sa vie. Un homme digne qui voulait pouvoir marcher la tête haute.»

Zakaria (1), 50 ans, marchand de bric et de broc depuis trois ans sur la place des Armes, un spot occupé principalement par une vingtaine de Sénégalais, avait «prévenu le petit nouveau» : les descentes régulières, les corps en alerte, les regards attentifs, les courses-poursuites, les planques, les confiscations, les ameChapeaux et bouteilles d’eaundes plus ou moins sévères, les gardes à vue plus ou moins justifiées, le danger d’être envoyé dans un centre de rétention…

Mais en février, Ismaëla n’a plus un sou en poche. La vente à la sauvette peut bien être un délit passible de six mois d’emprisonnement, 3 750 euros d’amende et un ticket sans retour pour le Sénégal, il n’a plus vraiment le choix.«Ismaëla était trop âgé pour faire ce genre de boulot, mais je le comprends. On est des pères de famille, pour gagner 5 ou 10 euros de bénéfice, on peut rester ici toute la journée. Même une journée à un euro, on prend sans rechigner», raconte Guy, vendeur sénégalais de 36 ans, installé dans un foyer à Saint-Denis. «Il y a des jours où on ne gagne rien. C’est un travail terriblement précaire et périlleux. Mais c’est la seule option des sans-papiers pour pas crever de faim et protéger leur famille.»

Les derniers mois de sa vie, Ismaëla Bocar Deh passera la majorité de son temps avec les vendeurs à la sauvette de Versailles. La semaine, les week-ends, les jours fériés. Le sac de toile sur le dos et paniquant à chaque passage d’un véhicule de police. Certains «collègues», vendeurs fugitifs de chapeaux, foulards et bouteilles d’eau, deviendront des amis. Tous seront présents ce vendredi après-midi pour la cérémonie d’hommage organisée par sa famille à la grande mosquée de Mantes-la-Jolie. «Ismaëla est mort pour avoir vendu des parapluies. Où va le monde ?» se demande Zakaria, désemparé. «Un sans-papiers de moins, un Noir de moins, tout le monde s’en fout, enrage Aïssata. Nous avons perdu un frère, un père, un oncle, un cousin, un ami. Mais la France a-t-elle le sentiment d’avoir perdu l’un des siens ?»

(1) Le prénom a été modifié.


Auteur: Anaïs Moran - Liberation.fr






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (11)


Anonyme En Mai, 2018 (22:59 PM) 0 FansN°: 1
IL AURAIT DU RESTER AU SENEGAL.. A SON AGE.. ETRE VENDEUR A LA SAUVETTE QUE POUR DIRE QUIL EST EN EUROPE..



TU N'AS NI PAPIERS, NI D'AUTORISATION DE VENDRE...



60 ANS TU T'AVENTURES.. ANA 60 ANS DI DOW... D'AUTANT PLUS QUE VOUS NE MANGEZ PAS CORRECTEMENT, SAIN, ET VOUS N'ETES PAS EN BONNE SANTE.



CHERS COMPATRIOTES!!!!!!!!! RESTEZ CHEZ VOUS AU SENEGAL.. SENEGAL NEKHNA.. AFRIQUE NEKH NA... MOI JAI VECU EN AMERIQUE 10 ANS DEPUIS 5 ANS JE SUIS DE RETOUR ET JE NE LE REGRETTE PAS.. SENEGAL AMNA DIAM AK SALAM.. SO GORGOLOH TOUTI.. AM LOU BEURI... ON PEUT SE DEBROUILLER LA MEME CHOSE CHEZ NOUS AUSSI..
Reply_author En Mai, 2018 (23:12 PM) 0 FansN°: 1
tu mens way ! pourquoi tu mens ?
Anonyme En Mai, 2018 (06:05 AM) 0 FansN°: 2
sans coeur ni idée moor feef
Ummm En Mai, 2018 (23:16 PM) 0 FansN°: 2
mais pourquoi il n'est pas rentre dans son pays d'origine si tant est qu'il etait si digne et responsable. rien ne justifie la vie qu'il menait la bas selon vos recits. il y'a tellement de senegalais de son age qui s'en sortent beaucoup mieux sans avoir a se forcer une telle indignite. oui c'est bien une indignite la vie a un euro/jour et a cahe cache avec la police. votre recit m'indigne au plus haut point et me degoute puisque je ne peux comprendre comment un homme digne et croyant peut accepter un tel deshonneur alors qu'il peut tranquilement rentrer dans son pays et faire mieux. que DIEU ait son ame mais je suis degoute et je le plains pour etre honnete.
C'est Un Homme Digne En Mai, 2018 (23:24 PM) 0 FansN°: 3
C'est un homme digne

Qui a choisit de faire vivre sa famille honnêtement et dignement que de rester au pays et attendre. Un mandat de quelqu'un court pour sauver sa vie

IL a choisit de ne pas tendre la main à chaque fin de mois

Yoo Allah yourmomo yaafomo

Anonyme En Mai, 2018 (23:34 PM) 0 FansN°: 4
certains disent qu'ils preferent une vie de misere en europe plutot qu'en afrique. qui peut comprendre une telle logique? :jaaxle: 
Seul Un Homme Digne  En Mai, 2018 (04:04 AM) 0 FansN°: 5
Seul un homme digne peut comprendre cette logique

Certains ont choisi De vivre mésérablement en Afrique en tendant la main

D'autres ont choisi d'aller en Europe.ou Amerique sans tendre la main quel que soit les risques

La logique est de ne jamais vivre en tendant la main car vous devenez l'esclave de celui qui vous donne A BON ENTENDEUR SALUT
Reply_author En Mai, 2018 (12:13 PM) 0 FansN°: 1
non non et non qu'est ce qui empechent toutes ces personnes que tu décris de rester chez eux et de travailler mais sont prêts a tout faire a l'étranger s'ils avaient ce même courage passion dans leur pays ils s'en sortiraient dignement pourquoi toujours dire que j aurai rien en restant au pays je ne pourrai m en sortir qu en voyageant ce n'est pas ainsi qu on developera notre pays.
yoo allah yourmomo yafomo amine
Anonyme En Mai, 2018 (05:46 AM) 0 FansN°: 6
il avait toujours l'espoir que les choses pourraient changer un jour,il n'etait pas encore mort hein.

en tout CAS,beaucoup d'immigres ont plus de difficultes que lui,lui au moins avait une famille en France et il ne dormait pas dans les rues.

il y a des vendeurs a la sauvette qui gagnent bien leur vie,qui ont des papiers mais ne veulent pas abandonner ce metier,ils ont meme construit des immeubles,tout est relatif
Anonyme En Mai, 2018 (07:13 AM) 0 FansN°: 7
Homicide involontaire ? Une voiture de police qui fonce sur un pieton, ca ce n est pas homicide involontaire. Sinon , les conducteurs des camions béliers ne sont pas des meurtriers. On se moque de qui ? Le gars peut avoir eté clandestin, mais ce n est pas une raison de le tuer pire qu´un chien ! La France, la France, ce n´est pas un pays ami, car les Francais se comportent parfois pire que des ennemis. Et quand je vois cet Augustin Senghor raconter des inepties, je ne peux que vomir. Baptiser un coin de terre de chez nous au nom de nos bourreaux, c est le sommet. Tscimm, Augustin, honte à toi.
Tu M'as Marché Sur La Langue En Mai, 2018 (09:22 AM) 0 FansN°: 1
il qualifie cette ignominie dìnvolontaire bien avant l'investigation! j'ai perdu tout espoir en la france depuis très longtemps!
Anonyme En Mai, 2018 (08:18 AM) 0 FansN°: 8
Pas la faute à Macky?



 :frustre: 
Anonyme En Mai, 2018 (08:21 AM) 0 FansN°: 9
Anonyme En Mai, 2018 (08:29 AM) 0 FansN°: 10
TRISTE !!!
Anonyme En Mai, 2018 (08:35 AM) 0 FansN°: 11
SONKO POUR RELEVER CE PAYS QUE TOUS CES CORROMPUS ONT COMPLETEMENT RUINE PENDANT 60 ANS. Y’EN A MARRE DES HERITIERS WADIENS ET SOCIALISTES. DOYEN MODY NIANG DOIT VOIR UN JOURNALISTE QUI TRADUIT SES CHRONIQUES EN WOLOF CAR TROP BENEFIQUE POUR LE SENEGALAIS LAMBDA QUI N’EST PAS INSTRUIT. NOS CARTES D'ELECTEURS C'EST LE VRAI COMBAT QUI VAILLE. ALY NGOUILLE NDIAYE DEGAGE

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com