Enquête : Les chiffres clés de la Tabaski

  • Source: : Seneweb.com | Le 26 août, 2017 à 17:08:52 | Lu 7462 fois | 12 Commentaires
content_image

Enquête : Les chiffres clés de la Tabaski

La fête du mouton, l'a-t-on surnommé. Au Sénégal, quand la Tabaski approche, c'est la ruée vers les moutons. Dans chaque ménage musulman, trouver un bon bélier, à moindre cout, devient l'obsession des pères de famille. L'Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (Ansd), dans son projet dénommé "à l'écoute du Sénégal", a réalisé un travail, jusqu'ici jamais fait sur cette fête, en étudiant la manière dont les ménages Sénégalais ont vécu la Tabaski 2016. Elle vient de rendre les conclusions de son enquête. Sans précédent !

83.6%, ont pu sacrifier un mouton

Le premier constat fait par les enquêteurs, c'est qu'au Sénégal, la majorité des ménages musulmans se sont acquittés de leur devoir religieux en sacrifiant un animal lors de l'Aïd Al Kébir 2016. Sur le plan national, "plus de quatre ménages sur cinq, soit 83,6% ont accompli ce rituel lors de la Tabaski, renseigne le rapport parcouru par Seneweb.

Plus de 16% n'ont pas pu sacrifier un mouton

Cependant, ce chiffre révèle une statistique bien moins joyeuse.  Car, "malheureusement, un peu plus de 16,0% des musulmans au Sénégal n'ont pas pu le faire notamment en milieu rural (18,7%) et dans la zone urbaine de Dakar (16,0 %) dans une moindre mesure", renseigne l'Agence nationale de la statistique et de la démographie. Et pour être plus précis, ce sont 16.4% qui n'ont pas pu immoler.

Pas d'argent, pas de Tabaski

Et ces 16,4% des ménages enquêtés, qui "n'ont pas pu accomplir de sacrifice lors de la tabaski", ont cité le manque d'argent comme la raison principale. "La principale raison qui explique l'absence de sacrifice est le manque d'argent : neuf ménages sur dix (90,3%) n'ont pas sacrifié un animal parce qu'ils n'ont pas eu d'argent. 

Le manque d'argent reste également la principale raison qui a poussé les ménages à ne pas effectuer de sacrifice en milieu rural (94,4%), à Dakar-urbain (83,8%) et dans les autres zones urbaines".

Les Sénégalais raffolent du mouton

Au Sénégal, le mouton est l'animal star de la Tabaski. L'Ansd renseigne que 9 ménages sur 10, ou 89,6%, ont sacrifié un mouton. Cependant, ce chiffre cache des disparités, puisqu'en zone urbaine de Dakar, la proportion des ménages ayant sacrifié un mouton est proche de 100% alors qu'en milieu rural ce sont plutôt huit ménages sur dix (80,3%) qui sont concernés.

9.5% ont immolé une chèvre

Après le mouton, vient la chèvre, sur la liste des bêtes les plus immolées. Cependant, la proportion des ménages qui ont sacrifié une chèvre n'est pas importante et "ne concerne, au niveau national, que 9,5% des ménages qui ont accompli le rituel de la tabaski". Et c'est en milieu rural que "cette proportion est relativement importante avec 18,2% des ménages ruraux". Les autres types d'animaux, tels les bœufs, n'ont quasiment pas été utilisés pour le sacrifice.

Élever ou acheter ?

Chez nous, de nombreux Sénégalais font l'effort d'élever leur mouton chez eux. Cependant, l'écrasante majorité des ménages achètent le mouton qu'ils sacrifient. L'enquête révèle que "72,4% des ménages ont acheté l'animal sacrifié tandis que 23,0% l'ont élevé". Et c'est dans le milieu rural qu'on retrouve le plus souvent les ménages qui ont élevé eux-mêmes la bête sacrifiée avec  26,5% contre 21,6% à Dakar-urbain et 17,3% dans les autres zones urbaines.

Pourquoi ils achètent plutôt que d'élever

Si l'écrasante majorité des ménages ont décidé de ne pas élever le  mouton qu'ils sacrifient lors de la Tabaski, les questions d'espace et de sécurité y sont pour beaucoup. Par exemple, en zone urbaine de Dakar, 50.8% des enquêtés évoquent "le manque d'espace". Dans les autres zones urbaines cependant, 36.1% évoquent "des problèmes d'insécurité". En milieu rural où l'espace ne manque pas, "c'est plutôt les problèmes de sécurité (34,7%), de temps ou de moyens (16,4%), ou pour des raisons de commodité (17,4%) ou de coût qui font que les ménages privilégient l'option d'acheter sur celle d'élever".

On leur a offert leur mouton

Tous ceux qui ont pu immoler un mouton lors de la Tabaski 2016, ne l'ont pas acheté ou élevé. 4.6% d'entre eux, se sont vus offrir leur animal. Pour la plupart d'entre eux, leur mouton provient d'un don des autorités locales, d'amis, de parents ou de connaissances. "Cette proportion reste approximativement la même au niveau des autres zones de résidence de Dakar (4,5%) et du milieu rural (4,3%) sauf pour les autres villes (5,6%) qui dépassent d'un point de pourcentage le niveau national", ajoute l'Ansd.

Le prix du mouton, le nerf de la guerre

L'enquête a révélé que 50 000 francs CFA est le prix plancher pour le mouton.  Ce qui veut dire que l'ère des moutons à moins de 50 000 francs CFA, semble être révolue. "Au niveau national, deux ménages sur trois (65,2%) ont acheté leur mouton à un prix compris entre 50 000 Francs CFA et 100 000 Francs CFA alors qu'ils ne sont que 23,7 % à acheter un mouton à un prix inférieur à 50 000 F CFA. Les ménages qui ont acheté à des prix relativement élevés (100 000 F CFA et plus) sont moins nombreux.

En effet, ceux qui ont payé leur mouton à un prix compris entre 100 000 Francs CFA et 150 000 Francs CFA  ne représentent que 8,4% et ceux qui ont acheté entre 150 000 FCFA et 200 000 Francs CFA sont évalués à seulement 1,4%".

À Dakar, les prix sont chauds !

Ceux qui ont acheté leur mouton à un prix compris entre 200 000 francs CFA et 250 000 francs CFA représentent 0.6%. Et ce sont 0,7% des ménages qui achètent leur mouton à un prix supérieur à 250 000 Francs CFA. Décortiquées, les statistiques renseignent que la zone urbaine de Dakar concentre également les ménages dont le prix du mouton sacrifié est situé dans les tranches 100 000 FCFA-150 000 Francs CFA, 150 000 Francs CFA – 200 000 Francs CFA et plus de 250 000 FCFA.

Le dernier moment pour acheter son mouton

Quid de la période que les Sénégalais choisissent le plus  pour aller acquérir leur bélier ? La dernière semaine avant la fête est la plus prisée: "La plupart des ménages (85,5%) attendent la dernière semaine avant la tabaski pour se procurer un animal pour le sacrifice. Seuls 10,7% des ménages ont effectué leur achat entre une semaine et un mois avant la tabaski", révèle l'enquête.


Auteur: Youssouph Sané - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (6)


Anonyme En Août, 2017 (17:56 PM) 0 FansN°: 1
Speculation speculation. .. Il faut egorger des poulets wakh dji fin. .. l'année prochaine gayi dina gnu wagni prix yii
Let's Blow The Whistle En Août, 2017 (06:12 AM) 0 FansN°: 1
le prix du mouton

seneweb censure en faveur de macky:

macky a trahi le sénégal:

tous les dossiers exhumés concernent la gouvernance de wade! c'est qu'on appelle la malhonnêteté intellectuelle pour quelqu'un qui se dit journaliste! avec un titre ronflant" ils pillent la patrie pour le parti" dommage que la mauvaise foi devienne une raison de vivre!



macky et l'apr commendite un article pour mettre de l'ombre sur la malversation du siècle à savoir les 50 milliards cni avec un business malaisien:



dans l'article d'aujourd'hui ils tentent de faire accepter que leurs pratiques était une pratique de wade et de son régime.



toujours ainsi - au lieu de nous délivrer une politque de rupture d'avec la corruption de wade dont macky avait déjà beneficie à hauteur de 8 milliards ou plus. - ces gens de l'apr font même chose ou pire que wade



pour nous pondre des arguments du genre "c'est du déjà vue avec wade" on fait la même chose



grave. maintenant on ne nie plus que les 50 milliards sont une fraude - mais on sort un article pour le cautionner en évoquant des précédents similaires avec wade.



c'est grave



dieu ait pitié du sénégal contre le demon macky sall
Ibou En Août, 2017 (18:52 PM) 0 FansN°: 2
Tous des moutons, et maintenant les moutons font la UNE de SENEWEB  :interrogation: 
Reply_author En Août, 2017 (20:19 PM) 0 FansN°: 1
mouton toi même
Reply_author En Août, 2017 (10:40 AM) 0 FansN°: 2
Anonyme En Août, 2017 (21:34 PM) 0 FansN°: 3
Actuellement les moutons sont plus serein que ceux qui cherche leur prix tout le monde est angoissé a cause du manque d argent
Importation En Août, 2017 (12:10 PM) 0 FansN°: 4
Statistiques trop superficielles:

Quelle est le nombre de bêtes abattues?

Quelles sont les proportions production locale/ importations?

Evolution production locale/ importations?



Est ce acceptable et quelles solutions? Avis des oulemas sur cette dernieres questions?



Slts
Anonyme En Août, 2017 (14:16 PM) 0 FansN°: 5
il y a plus important que ça. la religion nous retarde.
Senegalaislamda En Août, 2017 (17:04 PM) 0 FansN°: 6
Bonjour. Le Post 4 a vraiment tout dit, Ce "travail" n"est pas sérieux, un simple amusement pour des statisticiens qui, sauf sous information sur leur production par ailleurs, ont vraiment mieux à faire sur un tel événement.

Les chiffres essentiels, notamment nos besoins tendanciels, le taux d'autosuffisance, l’évaluation de l'impact réel des différents conseils interministériels "préparatoires", les sources réelles d’approvisionnement tous passés ici sous silence, auraient des messages plus instructifs à nous livrer. Le tintamarre quasi rituel entretenu par les ministres de l’élevage, pas seulement Mme Aminata Mbengue Ndiaye, sont la preuve la plus manifeste de l’incompétence et de la paresse criarde des bavards qui dirigent ce secteur depuis l"indépendance. Si les Sénégalais avec leur cohorte de milliers de jeunes suicidaires parce qu'en chômage permanent, n'ont aucune HONTE à attendre chaque année, leur salut des restes d'un pays désertique pour satisfaire leurs besoins en moutons, il n'y a réellement pas besoin de continuer à se payer des ministres ; juste pour veiller sur les mesures de levée des contrôles aux frontières ou d’aménagement de parcs a bétail de la stricte responsabilité des bons mairies. Ne parlons mème pas des quelques milliers de tonnes de pommes de terre ou d'ognon qu'on n'est meme pas capable de produire a suffisance a ce jour. La vérité c'est qu'on n'est simplement pas sérieux, nous Sénégalais. Rien de plus.

Avec toutes mes excuses s'il y a un mot de trop.

Citoyennement

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com