Immigration et croissance : le paradoxe ivoirien

  • Source: : Webnews | Le 18 juillet, 2018 à 23:07:42 | Lu 3656 fois | 5 Commentaires
content_image

Un migrant de Côte d'Ivoire marche dans la neige sans chaussettes en route vers le Col de l'Echelle pour franchir la frontière entre l'Italie et la France, le 13 janvier 2018 près de Bardonecchia, Alpes italiennes.

Le paradoxe de la croissance ivoirienne, l'une des plus dynamiques d'Afrique, c'est que de plus en plus d'Ivoiriens vont à l'aventure en Europe à travers l'immigration clandestine.

De nombreuses organisations du milieu de la finance créditent la Côte d'Ivoire d'un excellent taux de croissance depuis 2011 qui se situe autour de 8 %.

Le pays devrait rester sur un sentier de croissance autour de 7 à 7,5 % ces prochaines années, a rappelé récemment la Banque Mondiale dans son rapport semestriel.

L'institution de Breton Wood précise tout de même que l'un des défis les plus importants pour la Côte d'Ivoire reste la redistribution des richesses dans un pays où le taux de pauvreté avoisine les 45 % alors qu'il était inférieur à 10% à l'aube des années 1980.

L'embellie économique en Côte d'Ivoire ne semble pas avoir transformé le pays en eldorado pour les Ivoiriens.

Depuis 2015, 3445 migrants ivoiriens ont regagné leur pays
 

Un nombre important préfèrent quitter leur pays pour d'autres cieux, alimentant ainsi la filière de l'immigration clandestine.

Les demandeurs d'asile ivoiriens en France en 2017 étaient un peu plus 3.700, soit deux fois plus qu'en 2016.

La même année, plus de 8.000 migrants âgés de 14 à 24 ans, partis de Côte d'Ivoire sont arrivés en Italie selon le Centre de volontariat international (CEVI), une ONG italienne.

Les migrants ivoiriens qui tentent de gagner l'Europe se positionnent au 3ème rang des pays d'Afrique de l'Ouest, après le Nigeria et la Guinée, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Pour certains observateurs, les secteurs qui propulsent aujourd'hui la croissance en Côte d'Ivoire ne sont pas réellement pourvoyeurs d'emploi.

Pour l'économiste Yves Ouya, la croissance économique ivoirienne est "tirée par le BTP et les investissements directs étrangers, sans grand impact sur l'activité économique locale, comme la création d'entreprises et de richesses".

Les volontaires au départ étant majoritairement jeunes, la promotion de l'auto-emploi et le financement des initiatives économiques locales restent les pistes de solutions à explorer par le gouvernement ivoirien.


Auteur: bbc.com - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Anonyme En Juillet, 2018 (06:58 AM) 0 FansN°: 1
Certains aiment juste le mot “immigrer”
Reply_author En Juillet, 2018 (07:41 AM) 0 FansN°: 1
no, cette croissance est surtout pour la france a travers orange,auchan et autres
Anonyme En Juillet, 2018 (07:48 AM) 0 FansN°: 2
Le probleme de l'africain est qu'il immigre non pas pour pouvoir vivre mais pour avoir du luxe belles voitures, belles villas et distribuer de l'argent à ses proches.
Reply_author En Juillet, 2018 (10:31 AM) 0 FansN°: 1
vrai pour etre millionnaire quoi et frimer.
Africain Dépité En Juillet, 2018 (09:53 AM) 0 FansN°: 3
L'africain n'aime pas l'auto-emploi car trop paresseux pour cela. Il préfère aller en europe, laver des chiens, u être ouvrier dans des usines, gagner des euros, profiter du taux de change pour construire des maisons et s'acheter des voitures. C'est une question de culture. Nous devons impérativement changer de mentalité et inculquer le culte du travail, du self made man à nos jeunes paresseux.

Même les sénégalais qui empruntent les pirogues ne sont pas des plus pauvres car chacun a dépensé pas moins d'un million avec lequel il aurait pu faire quelque chose ici même au sénégal.

C'est cette culture de paresse qui fait que l'on se complaise dans le statut d'ouvrier ou de simple employé au lieu de penser à créer son propre entreprise qui fait que la jeunesse africaine d'aujourd'hui nous prépare à un avenir sombre pour ce continent.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com