Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Magal de Touba: l’immense oeuvre de Cheick Ahmadou Bamba

Posté par: Yéro Mamadou GUISSE| Jeudi 17 novembre, 2016 17:11  | Consulté 1033 fois  |  0 Réactions  |   

Cheikh Ahmadou Bamba, de son vrai nom Ahmad ibn Mouhammad ibn Habibal-Lahi, est né à Mbacké Boal en 1853. Sa famille vivait dans une zone où l’activité scientifique était très intense. Son père s’appelle Mohamad, connu sous le nom de Mame Mor Anta Saly. Il fut un grand érudit et un juge émérite très respecté par les rois et princes, et vénéré par les savants. Son école était le lieu de rencontre de tous les juges. Son oncle maternel Mohamad Bousso fut parmi les plus grands savants de son époque. Sa mère, Mariam Bousso, est plus connue sous le nom de Djaratoul-Lahi (voisine de Dieu) par sa piété et ses vertus. Le Cheikh a mémorisé le Saint Coran à très bas âge. Il a acquis une solide formation auprès de maîtres réputés dans bien des disciplines (littérature, sciences religieuses, science mystique, exégèse, etc.) et une science d’inspiration « divine ». Le Grand Magal de Touba est donc un moment, une occasion de rendre grâce à Dieu pour avoir permis au fondateur du Mouridisme d’accéder à un grade supérieur dans la hiérarchie spirituelle.

Le Magal de Touba revêt un caractère multidimensionnel pour tous les musulmans, en général, et les mourides, en particulier. Le mot Magal signifie glorifier, étymologiquement en wolof. Seulement, l’originalité du grand Magal de Touba réside à deux niveaux. D’abord, contrairement à ce qu’on a l’habitude de célébrer, il marque le début de dures épreuves et de souffrances endurées par le Cheikh durant l’exil. Ensuite, c’est le Cheikh qui l’a initié (à Diourbel) pour la première fois et a recommandé à ses fidèles de se souvenir de ce jour béni durant lequel il a obtenu tout ce qu’il voulait de son Seigneur. « Celui pour qui mon bonheur est le sien, où qu’il se trouve, devra tout mettre en œuvre le jour du 18 Safar pour rendre grâce à Dieu, car, disait-il, mes remerciements personnels ne pourraient suffire pour témoigner ma reconnaissance au Seigneur. »

Le Magal constitue un moment privilégié pour chaque musulman de magnifier en parfaite symbiose, avec le Cheikh, les innombrables bienfaits que Dieu lui a accordés. Cela est conforme aux enseignements coraniques : Si vous êtes reconnaissants, très certainement j’augmenterai mes bienfaits pour vous. Mais si vous êtes ingrats, mon châtiment vous sera terrible (Sourate 14, Verset 7). Il est indispensable donc de comprendre le sens véritable et la portée du Magal, de le célébrer conformément aux recommandations du Cheikh afin de pouvoir bénéficier des grandioses bienfaits accordés au serviteur du Prophète (PSL). A l’origine, chaque talibé célébrait le Magal là où il se trouvait, pourvu d’être conforme aux recommandations du Cheikh. Avec le temps, le deuxième calife, Cheikh Muhamad al-Fadel, a eu l’idée de rassembler tous les mourides à Touba.

 L’acte s’inscrit dans le cadre du raffermissement de la cohésion de la communauté. Il y avait ainsi des objectifs spirituels, mais aussi des objectifs sociaux (rencontre, échanges, etc.) et économiques dans la mesure où des ruraux venus avec leur production peuvent les écouler facilement avec l’arrivée de citadins. Un courant d’échanges se crée ainsi entre les deux groupes. Tout cela n’était pas absent de l’esprit de celui qui a donné cette forme au Magal. Car au départ, chacun le célébrait chez lui. Le deuxième calife a estimé qu’il était très profitable à la communauté de rassembler tout le monde à Touba pour célébrer le Magal. La particularité du Magal repose sur l’importance que les Mourides donnent à l’événement, car pour le mouride, le fait de participer au Magal est devenu une composante de sa doctrine. Il y a deux particularités pour le Magal : l’importance de l’événement et la place qu’il occupe dans le calendrier mouride. A ces deux particularités, on peut ajouter une troisième, c’est-à-dire la manière dont chacun célèbre le Magal. Le Cheikh avait demandé aux talibés, pour les besoins du jour, d’immoler des bêtes pour la grâce de Dieu. Il incombe à tout un chacun de faire de son mieux pour rendre la fête agréable. Le sacrifice peut varier : allant du poulet au chameau, le don de soi, la disponibilité, la serviabilité, la patience, le recueillement.

Bref, le Magal est le témoignage d’une foi inébranlable unifiant toutes les races, les conditions et les aspirations sociales. Il célèbre la victoire d’un homme qui a su ménager ses besoins personnels et particuliers pour défendre une cause générale : la cause de l’Islam.

Blog : www.yeroguisse.org

Source : Grand Magal de Touba, Dimension religieuse et Sociale (Sam Bousso Abdah-mane)

 L'auteur  Yéro Mamadou GUISSE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Yéro Mamadou GUISSE
Blog crée le 23/05/2013 Visité 319382 fois 112 Articles 4073 Commentaires 17 Abonnés

Posts recents
Les bienfaits et recommandations de la nuit de Laylatoul Khadr !
#Législatives2017 : un député « idéal », une nécessité pour la 13ème législature !
Les dangers du tabac !
Les mérites du mois de Ramadan !!!
De l’analogique au numérique, une révolution sans précédant de la Technologie !
Commentaires recents
Les plus populaires
Achoura (Tamkharit): recommandations et bienfaits !!!
Le comportement à adopter pendant le mois béni de Ramadan
Les dix(10) raisons pour célébrer la Naissance du Prophète Mohamed (PSL)
LE RÔLE DE L'OPPOSITION POLITIQUE DANS UNE DÉMOCRATIE ?
Spécial Ramadan: les « nafilas » et ses bienfaits !!!